Susceptible ?



La susceptibilité désigne la disposition d'une personne à se sentir blessée, irritée ou froissée par certains actes ou certains propos. Elle découle soit d’une sensibilité trop élevée, soit d’une forme d’orgueil ou de vanité, soit d’un manque de confiance en soi, voire d’une combinaison des trois.


Quel que soit le facteur déclenchant, le susceptible surveille son entourage et est très sensible tout ce qui peut évoquer le rejet ou la remise en question de ses capacités. Et surtout, il donne un sens négatif à des affirmations, pourtant neutres, ce qui le rend incapable d’utiliser des stratégies adaptées à la situation.


Son attitude renfrognée et son agressivité l’empêchent de réagir efficacement.

Ces personnes n’ont pas une image d’eux-mêmes suffisamment construite. « Une réflexion blessante a le pouvoir de déchirer cette image et de porter atteinte à leur identité”. À la moindre vexation, un susceptible a le sentiment de n’être plus rien.


Par exemple, quelqu’un qui ne se prend pas pour un égoïste se fichera d’être traité d’égoïste. En revanche, si c’est un reproche qu’il se fait inconsciemment, il en sera profondément vexé ! C’est ce sentiment d’avoir été dévoilé qui explique l’impact d’une simple parole. »


Le drame des grands susceptibles c’est qu’ils n’arrivent pas à rire d’eux-mêmes. Parce qu’ils sont pétris de honte, de culpabilité et de désir d’autopunition. Sans oublier un fort sentiment d’infériorité ou de supériorité, ce qui revient au même.


Que faire ?

Prêtez attention à votre fonctionnement psychique et, dès que vous vous sentez touché au vif, exprimer vos émotions. Dites à voix haute ou écrivez ce que vous percevez, exprimez ce que vous ressentez, dialoguez et demandez des explications à la personne qui vous a fait souffrir.

Mais surtout, tenez-vous en aux faits : « Que se passe-t-il exactement ? » « Pourquoi m’a-t-il dit ça ? » « Que me reproches-t-il concrètement ? »

Développez votre « confiance en soi » et l’empathie envers vous-même pour mieux accepter les remarques, à moins les considérer comme des attaques personnelles et à développer une forme de dérision ou de distance envers soi-même.


Arrêtez d’imaginer plein de scénario, demandez simplement des explications !


Si votre susceptibilité est vraiment importante, si votre blessure narcissique est profonde, ayez recours à un psy. En effet, seule une psychothérapie analytique vous permettront de savoir de quoi vous vous sentez, inconsciemment, coupable et honteux.

Posts récents
Archives
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn App Icône