Estime et confiance en soi

confiance estime.png
Estime et confiance en soi

Si vous voulez que tout soit simple, et bien ce n’est pas difficile, ne prenez pas de décisions, n’entreprenez rien, restez chez vous, et restez comme vous êtes. Ce n’est pas le message que je désire transmettre ici. Non, je veux simplement montrer qu’il est possible de passer les quelques années qui nous sont accordées sur cette terre à faire des choses extraordinaires. Mais pour ça, il va falloir commencer à se bouger. A mettre des actions en place. Et ce n’est pas toujours facile. Les grandes réussites ne sont pas nées en 1 jour, nées à partie de rien, il y a toujours eu de l’investissement. Si vous attendez d’avoir l’idée géniale alors vous ne vous lancerez probablement jamais.

L'estime de soi, c'est la confiance en votre propre valeur et le respect de vous-même. Mais comment savoir à quel niveau vous vous situez par rapport à l’estime de soi et à la confiance en soi ? Je vous propose de compléter ce questionnaire d'auto-évaluation suivant afin de mieux vous connaître. Se connaître constitue d'ailleurs la première démarche en ce qui concerne l’estime de soi.

Lisez chacune de ces déclarations et indiquer si elles sont vraies ou fausses.

Je peux reconnaître et admettre mes erreurs.

Je peux entrer en contact avec des personnes que je ne connais pas.

Je tiens à mes valeurs même lorsque les autres ne les approuvent pas.

Je sais accepter un compliment sans me sentir mal à l’aise.

Je peux rester moi-même en compagnie d’autres personnes.

Je m’accepte avec mes défauts et mes faiblesses.

Je suis capable de reconnaître mes forces.

Je peux éprouver de la joie pour la réussite de quelqu’un d’autre.

J’évite de me comparer aux autres.

J’ai l’esprit en paix.

Je crois que je suis unique.

Je ne me soucie pas de ce que les autres pensent de moi.

J’accepte que les autres soient différents de moi sans les juger.

Je m’affirme et je reconnais les autres.

J’exprime ouvertement mon amour pour les autres.

Je m’aime.

J’accepte tous mes sentiments.

Je peux me sentir bien lorsque je suis seul.

Résultat : Plus vous avez répondu : vrai, plus votre estime de soi, est élevée. Si vous avez moins de 12 « vrai », il serait profitable de mettre en pratique les démarches que je vais vous suggérées afin d’augmenter votre estime de soi. Cependant, quels que soient les résultats obtenus à partir de ce questionnaire, il faut garder à l’esprit que nous pouvons tous augmenter notre estime de soi et notre confiance en soi. Voici donc des outils que vous pouvez dès aujourd'hui mettre en pratique pour vous permettre de vous épanouir davantage.

Se connaître et s’accepter. La première règle en matière d’estime de soi est de se connaître. Il faut être capable d’identifier ce que vous aimez et ce que vous n’aimez pas. Il faut pouvoir parler de vos réussites mais également de vos échecs. Il faut aussi pouvoir reconnaître vos défauts et vos qualités. Pour ceux qui ne connaissent pas les vertus ou les capacités décrites dans ce chapitre. Vous pouvez vous rendre aux dernières pages de ce livre, où je vous ai préparé quelques tests vous permettant de mieux vous connaitre.

Vous êtes soit introverti, soit extraverti. Or, les introvertis peuvent trouver les extravertis excessifs, distraits et irréfléchis ; ces derniers, eux, ont tendance à accuser les introvertis d’être inexpressifs et distants. Pour travailler ce qui pourrait être un défaut :

Si vous êtes introverti : Sortez de votre tour d’ivoire. Allez vers les autres, prenez des rendez-vous, proposez des sorties, posez des questions, participez à la vie de votre réseau social, amical et familial, partagez vos découvertes, inscrivez-vous dans une association ou une chorale,… Soyez plus présent. Faites-vous entendre, exprimez vos avis, sentiments et émotions, affirmez vos goûts et vos aversions, faites des compliments, manifestez votre enthousiasme devant un match de foot ou l’élection de Miss France… Bougez-vous ! Prenez l’initiative, exploitez l’énergie qui a tendance à rester cachée en vous, exercez un sport qui permet une expression personnelle et libre (danse moderne, lutte, etc.),…

Si vous êtes extraverti : Cultivez votre monde intérieur. Lisez des romans, des essais, de la poésie, dessinez, rêvez, méditez devant des œuvres d’art ou le prochain coucher de soleil, donnez-vous quelques secondes de réflexion avant de parler ou d’agir,…Travaillez l’attention. Écoutez jusqu’au bout une confidence… ou une conférence, observez un lieu ou même votre état d’âme et vos sensations, soyez attentif à l’ambiance. Personnalisez vos relations. Passez de bons moments avec chacune de vos connaissances, écrivez des messages individualisés, soyez sensible aux désirs des autres, laissez-les prendre l’initiative…

Les sensitifs s'appuient beaucoup sur l'observation, les intuitifs davantage sur l'intuition. Le problème, c'est que les sensitifs peuvent considérer les intuitifs comme de grands rêveurs, à mille lieues des réalités du quotidien, tandis que les intuitifs reprochent aux sensitifs leur manque de créativité. Là encore, quelques efforts vous permettront d'éviter ces excès.

Si vous êtes sensitif : Tentez l’aventure ! Essayez de nouvelles façons de faire, observez les autres et prenez des idées, devenez un adepte du "pourquoi pas ?", testez des parcours inconnus, des auteurs originaux, faites connaissance avec des gens qui à première vue ne vous ressemblent pas… Utilisez votre imagination. Inventez vos prochaines vacances, un programme de sortie exceptionnel, imaginez-vous dans 10 ans,… Testez l’inutile, le gratuit : un gadget pour amuser la galerie, une surprise sans raison particulière à ceux que vous aimez, une initiation à la langue des esquimaux…

Si vous êtes intuitif : Partez à la recherche de vos sensations... Écoutez les bruits de la rue en marchant, appréciez une musique, une chanson, les émotions qu’elles font surgir naturellement en vous, goûtez à de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs, regardez les couleurs en les découvrant, tel l’enfant au réveil, vivez ici et maintenant… Entraînez-vous à être objectif. Observez les faits, rien que les faits, comparez, mesurez, comptez, soyez réaliste dans vos appréciations et tirez parti de vos expériences passées. Passez à l’acte maintenant ! Décidez de votre planning et tenez-vous en à votre décision après avoir hiérarchisé vos priorités réelles, terminez ce que vous avez commencé, allez jusqu’au bout de vos engagements, rayez ce qui a été fait dans votre agenda…

Le penseur, au sens de celui qui s’appuie sur la logique, ne se décide qu'après avoir pesé froidement et logiquement les choses tandis que le sentimental donne priorité au coeur et à l'humain.

Là encore, le penseur a tendance à juger irrationnel et exalté le sentimental, tandis que ce-dernier accuse le penseur de froideur et de manque d’humanité. Chacun a donc son "effort d'équilibrage" à faire pour éviter les incompréhensions et tenir compte des autres !

Si vous êtes penseur : Acceptez les sentiments. Cela fait partie de notre humanité, c’est une donnée à prendre en compte : écoutez les réactions suscitées par vos paroles et par vos actes, discutez des peurs et des colères qui se manifestent, soyez attentif à vos propres sentiments,… Goûtez à l’humour. Sachez rire, faire plaisir, être tendre et attentionné, jouez ou faites du sport sans prendre les résultats trop au sérieux, mesurez votre agressivité,... Soyez positif et encourageant. Arrosez généreusement vos amis de compliments, remerciements, louanges, et limitez vos critiques négatives : ne jouez plus le rôle du "trouble-fête"…

Si vous êtes sentimental : Analysez vos émotions et sentiments. Dites pourquoi une personne, une situation ou un film vous plaît ou vous déplaît tant, analysez vos réactions, prenez le temps de faire le tri pour ne pas réagir de façon viscérale… Prenez de la distance. Comprenez que la confrontation est parfois salutaire, et qu’elle doit s’appuyer sur des faits et un cadre objectifs, ne fuyez pas et ne prenez pas les accusations trop à cœur, souvenez-vous que nos paroles dépassent souvent nos pensées quand nos intérêts sont en cause... Affirmez-vous ! Il est difficile de faire toujours plaisir à tout le monde. Choisissez parfois de vous faire plaisir sans chercher à connaître les désirs de vos voisins, exprimez ce dont vous avez besoin de façon directe et claire,...

Le juge se lance dans l'action en suivant un cadre, le perceptif préférant la souplesse et l'improvisation. Or le juge trouve souvent le perceptif trop bohème, inconstant et paresseux. D’un autre côté, le perceptif voit le juge comme une personne rigide et hâtive.

Si vous êtes juge : Soyez attentif au rythme des autres. Intégrez à votre planning le quart d’heure "de politesse", trouvez des circonstances atténuantes aux retardataires, ne minutez pas tout ce que vous accomplissez au risque de stresser votre entourage,... Laissez place au rêve. Arrêtez-vous de temps en temps pour ne rien faire, profiter d’un rayon de soleil ou d’un joli clair de lune, sachez vous détendre sans culpabiliser et planifier « la suite », exercez votre spontanéité... Accueillez l’imprévu. Prenez le temps de recevoir ou de visiter des amis à l’improviste, de conseiller, consoler ou écouter sans garder les yeux rivés sur l’heure, promenez-vous au hasard à la fin d’une journée de travail,... Si vous êtes perceptif : Investissez dans un agenda. Notez vos rendez-vous, anniversaires, dates limites, etc., afin de respecter vos promesses et engagements, habituez-vous à consulter votre montre, à tenir compte des distances et des contraintes matérielles pour vivre la ponctualité,... Priorité aux priorités ! Inscrivez vos objectifs noir sur blanc, et revenez souvent à vos projets pour lutter contre la dispersion, vérifiez en fin de journée que vous avez exploité votre liste des tâches,... Chaque chose à sa place. Et vous retrouverez plus vite votre facture de téléphone, vos billets de train et autres papiers importants. Comprenez le besoin d’ordre et d’harmonie de certaines personnes, remettez les objets à leur place pour ne pas créer d’énervements inutiles,...

Tous ces conseils simples seront utiles à la fois pour la vie quotidienne, le travail, mais surtout pour améliorer vos relations aux autres : vie d'équipe, relation de couple, amitiés... Comprendre que les autres ne fonctionnent pas forcément comme soi et tâcher d'en tenir compte, c'est déjà un immense acquis pour se comprendre mieux. Je vous en reparlerais plus loin.

Mais se connaître n’est pas suffisant. Il faut aussi s’accepter. Il n’est pas nécessaire de n’avoir que des qualités pour avoir une bonne estime de soi. Mais il faut plutôt pouvoir assumer ses défauts...

Apprécier qui vous êtes. Lorsque vous analysez votre façon de vous définir, vous pouvez constater que votre regard se porte sur vos faiblesses plutôt que sur vos forces et vos qualités. Afin de vous aider à mieux vous observer, je vous propose l'exercice suivant : fermez les yeux et imaginez l'être qui vous ait le plus cher au monde, exprimez lui ce que vous aimez le plus chez lui. Observez comme il vous a été facile de trouver des qualités à quelqu'un que vous estimez beaucoup. Maintenant, allez devant un miroir et exprimez à haute voix ce que vous aimez en vous, vos qualités et vos points forts. Bien sur, les premières fois, vous vous sentirez idiot devant votre miroir, mais sachez que cela m’a permis d’enrayer mon bégaiement lorsque j’étais adolescent. Si cela a marché pour moi, pourquoi n’en serait-t-il pas de même pour vous ? Pratiquez cet exercice chaque jour pour en arriver à vous estimer pleinement. Ce que vous exprimez affecte votre perception de vous-même et par conséquent votre estime de soi. Vous pouvez également, utiliser la méthode Coué, pour programmer votre esprit. En vous répétant à maintes reprise une affirmation telle que : je suis…, vous arriverez à graver cette pensée dans votre esprit et elle finira par faire partie de votre personnalité. Des pensées positives entraînent une attitude optimiste qui aura des implications bénéfiques tant au niveau professionnel que personnel. Sachez que le succès de cette démarche est le résultat de votre attitude. Et, bien sûr, Acceptez les compliments que l’on vous fait, qui mettent en valeur vos points forts et vos capacités.

Rechercher des amis positifs. Entourez-vous de gens qui vous amènent à vous sentir bien. Éloignez-vous des personnes qui minent votre confiance. Le soutien social, c'est à dire l'ensemble des relations que nous entretenons avec les personnes de notre entourage, est un élément essentiel de l'estime de soi. C’est ce soutien social qui procure le sentiment d'être aimé et d'être aidé et qui est si important pour l'estime de soi. Nous avons tous besoin d’un système de support en plus de notre famille immédiate. Il s’agit souvent d’un ami intime à qui nous pouvons nous confier et en qui nous pouvons avoir confiance. C’est une personne qui nous accepte comme nous sommes et sur qui nous pouvons compter. Ce sentiment d’appartenance que nous retirons de cette relation intime contribue à notre sentiment de valorisation envers nous-mêmes. Il faut cependant toujours garder à l’esprit que notre valeur n’est pas entièrement déterminée par cette personne. De même, comme je l’ai mentionné plus haut, en plus d’une relation intime, s'intégrer à un groupe est un élément lié à l'estime de soi. La reconnaissance sociale, c'est à dire se sentir accepté dans un groupe témoigne d'une acceptation par les autres et vous permet de vous valoriser.

Pour plus d'informations n'hésitez pas (c'est gratuit) à me contacter par mail !

Posts récents
Archives
Retrouvez-moi
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn App Icône